Quand le messager est plus important que le message : étude expérimentale en Afrique francophone sur l’utilisation des connaissances

##plugins.themes.bootstrap3.article.main##

Amandine Fillol
Esther Mc Sween-Cadieux
Bruno Ventelou
Marie-Pier Larose
Ulrich Boris Nguemdjo Kamguem
Kadidiatou Kadio
Christian Dagenais
Valéry Ridde

Résumé

Contexte : Les injustices épistémiques sont de plus en plus décriées dans le domaine de la santé mondiale. Cette étude vise à déterminer si la source des connaissances influence la perception de ces connaissances et la volonté de les utiliser. Méthodes : L’étude suit un devis expérimental randomisé dans lequel les participant·es ont été assigné·es au hasard à l'une des sept notes de politique conçues avec le même contenu scientifique, mais avec différentes organisations présentées comme autrices. Chaque organisation était représentative d'une autorité financière, scientifique ou morale. Pour chaque type d'autorité, deux organisations étaient proposées : l'une nord-américaine ou européenne, l'autre africaine. Résultats : Les résultats montrent que le type d’autorité et la localisation des organisations autrices ne sont pas significativement associés à la qualité perçue et à l’utilisation instrumentale déclarée. Toutefois, des interactions entre le type d’autorité et la localisation étaient significatives. Ainsi, les analyses stratifiées ont mis en évidence que pour la qualité perçue, les notes de politique signées par l'organisme bailleur (autorité financière) africain obtenaient de meilleurs scores que les notes de politique signées par l’organisme bailleur nord-américain/européen. Tant pour la qualité perçue que pour l'utilisation instrumentale déclarée, ces analyses stratifiées ont révélé que les notes de politique signées par l'université africaine (autorité scientifique) étaient associées à des scores plus faibles que les notes de politique signées par l'université nord-américaine/européenne. Interprétation : Les résultats confirment l'influence significative des sources sur la perception des connaissances en santé mondiale et rappellent l’intersectionnalité de l’influence des sources d’autorité. Cette analyse nous permet à la fois d'en apprendre davantage sur les organisations qui dominent la scène de la gouvernance mondiale en santé et de réfléchir aux implications pour les pratiques d'application des connaissances.


Cet article est republié en français avec l’autorisation de la maison d’édition Springer.

##plugins.themes.bootstrap3.article.details##

Rubrique
Traduction francophone