La force des liens entre les chercheurs universitaires et les agents de recherche ministériels augmente-t-elle la probabilité d’utilisation par les agents de l’information acquise ?

##plugins.themes.bootstrap3.article.main##

Mathieu Ouimet
Mélanie Rembert
Grégory Léon
Clémence Rousseau-Cyr
Pierre-Olivier Bédart

Résumé

Interagir avec des chercheurs universitaires fait partie des différentes stratégies à la disposition des agents de recherche des ministères pour accéder, à moindre coût, aux savoirs scientifiques. Dans les faits, certains agents de recherche des ministères québécois entretiennent des relations avec des chercheurs universitaires dans le cadre de leurs activités professionnelles. L’étude vise à examiner si un lien fort avec un chercheur, c’est-à-dire un lien se matérialisant en conversations familières comparables à celles que l’analyste ministériel pourrait avoir avec de proches collaborateurs, voire des amis, est plus susceptible de mener à une utilisation de l’information acquise qu’un lien plus faible, c’est-à-dire un lien menant à des conversations moins familières comparables à celles que
l’analyste entretient avec de simples connaissances. Dans l’ensemble, les résultats suggèrent que la force du lien que l’analyste ministériel associe à une relation avec un chercheur universitaire augmente les chances qu’il choisisse d’intégrer une partie de l’information acquise dans ses analyses et qu’il recontacte ce même chercheur ultérieurement.

##plugins.themes.bootstrap3.article.details##

Rubrique
Articles originaux